samedi 19 août 2017

Après 3 ans d’absence, l’eau revient à Walungu



Ce Mercredi 16 août à Walungu, en province du Sud-Kivu, une effervescence peu commune se faisait observer à l’hôpital général de référence « Fond social du Kivu »(FSKI).  Après plus de 3 ans d’absence, l’eau courante revenait à l’hôpital à la grande joie de son personnel et de ses usagers.

Walungu est un territoire situé en province du Sud-Kivu à environs 45 kilomètres au Sud-Est de la ville de Bukavu en République démocratique du Congo. 

« Cela fait plus de trois ans que je suis ici à Walungu et en tant que médecin, je n’avais jamais vu l’eau couler des robinets de l’hôpital. Mais aujourd’hui l’eau coule à la grande satisfaction de tout le personnel de l’hôpital et des habitants bénéficiaires de nos services » a déclaré Mr Marcellin Musimwa, médecin directeur ai de l’hôpital général FSKI à Walungu. 

C’est depuis plusieurs années maintenant que Walungu et ses environs connaissent des difficultés liées à l’approvisionnement en eau potable. La première adduction d’eau potable avait été construite en 1952. Elle alimentait les habitants de Walungu ainsi que l’hôpital. Selon le Président de la société civile de Walungu, Mr Emmanuel Balolage, ce réseau a été étendu en 1978 afin de faire face à l’accroissement de la population de Walungu. Mais avec le temps, le réseau n’arrivait plus à fournir suffisamment d’eau à ses usagers et à répondre à la demande de l’hôpital à tel point que les habitants et le personnel de l’hôpital devaient s’approvisionner dans les ruisseaux à proximité. 

Témoin de cette situation, la Monusco, à travers le contingent Pakistanais présent sur place, a soutenu la demande des populations de Walungu de les aider à rénover le réseau d’adduction d’eau potable de l’hôpital. Grâce aux travaux de ce contingent, l’hôpital FSKI – qui enregistre 150 naissances en moyenne par mois– a de nouveau de l’eau. 

« Nous faisions recours à l’eau des ruisseaux de Chigezi et de Kashagari même après l’accouchement. Cela nous amenait à attraper des infections vu la qualité de l’eau qui est impropre à la consommation » a dit Neema une femme rencontrée à l’hôpital. 

Présent ce jour pour l’inauguration du nouveau réseau d’eau potable de l’hôpital, Mr Karna SORO, Chef de bureau de la Monusco au Sud-Kivu,a promis de poursuivre ce projet de rénovation de l’adduction d’eau potable de Walungu afin que les habitants puissent aussi avoir de l’eau potable en quantité suffisante. Pour cela de nouveaux tuyaux seront posés depuis la source de Muhambwe jusqu’à Chigengere et les bornes fontaines seront remises en service.

A noter que ce projet, qui a duré à peu près 30 jours, a coûté 15.000 dollars américains.


lundi 7 août 2017

Un souvenir d’Abidjan!



Je me souviens que, lorsque je pensais pour la première fois venir en Côte d’Ivoire c’était pour des vacances de noël de l’année passée, mais les préoccupations professionnelles m’ont pris assez de temps que je ne pouvais pas me déplacer. Me voilà aujourd’hui à Abidjan, une ville si belle pleine de palmiers le long de route, où les jeunes gens sont abordables et présentent un sourire magnifique lorsque ont les attend discuter. 
 
Je me souviens qu’il était presque midi, la  chaleur était à son comble, une foulée de personne venus accueillir leurs connaissances et membres de famille à l’aéroport international Félix Houphouet-Boigny, des enfants joueurs et des touristes de plusieurs coins du monde accrochés à leur  appareil photos ou Smartphone. Parmi eux Gisèle tenant son bébé dans ses bras, venue voir sa grande sœur Brigitte et un touriste venu avec sa copine s’adonner à visiter le grand Bassam. Oh, qu’il est loin le Lac-Kivu! Tous ont en commun, suivre les  8e jeux de la Francophonie qui se déroule actuellement à Abidjan. 

Je me souviens d’une collègue venus en Côte d’Ivoire il y a deux  années passées, elle disait avoir goûté un plat composé de semoule de manioc  et de la viande de poulet que la plupart des ivoiriens adorent consommés à midi. C’est l’Atieké.  Il m’a fallut deux jours  à Abidjan pour enfin goûter à l’Atieké qui est au fait la semoule de manioc de couleur blanche gardée dans des sac plastic qu’on mange qu’avec les doigts. Ça m’a rappelé la patte de la semoule de maïs que les congolais du Kivu adorent également manger. C’était délicieux malgré la quantité de piment que j’ai avalé. 

Je me souviens avoir rencontré lors de mon séjour à Cocody différents jeunes Blogueurs d’Abidjan, dont Daouda, Foster, De Laure,Franck et autres, à un endroit appelé « le terrain » où  jeunes, adultes et vieux se rencontrent pour discuter  autour d’un verre d’Ivoire. Cette ambiance m’a fait voyager dans mes souvenir de Kinshasa où les gens préfèrent discuter à l’extérieur autour d’une bouteille de Primus bien froide vu la chaleur qui leurs tienne compagnie. J’ai vu  certaines femmes  commerçantes  qui offrent de bon poissons bien grillés, des délicieuses brochettes de moutons accompagnées de la sauce pimentée qui m’a donné encore envie de retourner à Abidjan, pas pour suivre les jeux de la Francophonie mais pour des vrais vacances. 



Après 3 ans d’absence, l’eau revient à Walungu

Ce Mercredi 16 août à Walungu, en province du Sud-Kivu, une effervescence peu commune se faisait observer à l’hôpital général de réf...