vendredi 28 juin 2013

le Le M23 nomme Gaspar KARIWABO Ad du territoire de NYIRAGONGO, chargé de recruter les jeunes réfugiés dans l'armée selon la société civile …




Gaspar KARIWABO KAREMERA, Administrateur de Territoire de NYIRAGONGO nommé par le  M23, c'est lui qui recrute les jeunes réfugiés dans l'armée de ce mouvement rebelle selon la société civile. .

L'homme séjourne depuis mercredi 26 juin courant au RWANDA, dans le Camp des réfugiés de KIGEME où il mène une campagne de sensibilisation et d'enrôlement des jeunes dans le rang du M23. Les recrues traversent par les frontières de KABUHANGA (en Groupement de BUHUMBA) et de GASIZI (en Groupement de KIBUMBA), en destination de RUMANGABO. Selon nos sources, le M23 n'attendait que la passation des Examens d'Etat par les finalistes du secondaire pour organiser des attaques la veille, si non, en pleine célébration des festivités de l'indépendance du 30 juin 2013.  Des informations reçues de MUTAHO, nous apprenons que SULTANI MAKENGA, Chef militaire du M23, a été vu sur place le soir mercredi dernier à bord de sa jeep militaire, escorté par 9 autres jeeps pleins d'hommes de troupes. Il serait venu pour rehausser le moral et donner les dernières consignes à ses éléments situés sur la ligne d'attaque. Ce qui illustre en substance que les menaces du M23 contre la Ville de GOMA sont très sérieuses. A l'instant, les habitants du Quartier MAJENGO, en Ville de GOMA, annoncent noter certaines infiltrations du M23 en ce lieu. D'autres ont d'ailleurs commencé  à se soustraire dudit Quartier par anxiété. La Coordination Provinciale de la Société Civile du Nord-Kivu estime que le Gouvernement Congolais, la MONUSCO et sa Brigade d'Intervention prennent au sérieux ces informations pour ne pas subir toute surprise désagréable.

 

 





 



 

mercredi 26 juin 2013

Les Jeunes de KIBUMBA et BUHUMBA menacés d'intégrer le M23, selon la société civile


Les jeunes de KITOTOMA et NGOMERA (en Groupement de BUHUMBA) ainsi que ceux de BULAMBO et KIBIRIGA (en Groupement de KIBUMBA) sont en fuite.
Ils échappent à toute tentative  d'enrôlement forcé dans la rébellion par les éléments de l'Armée Rwandaise (RDF) venus en appui au M23, ce week-end. En effet, la nuit de samedi a ce dimanche 23 juin, au moins 300militaires-RDF en provenance de KASASA et MBUZAMAHANGA ont franchi la frontière congolo-rwandaise pour rejoindre les positions du M23 de KIBATI et RUGARI. Les militaires Rwandais et leurs paires du M23 ont tenté de prendre les jeunes rencontrés a leur passage la nuit samedi dernier, en vue de les enrôler comme Combattants.
Nombreux sont les jeunes qui ont passé la nuit de samedi a ce dimanche en brousse. D'autres ont carrément effectué le déplacement vers GOMA ou encore vers BIRUNDULE (Rutshuru), le matin de ce dimanche.
La récente incursion rwandaise intervient après qu'il soit exigé par le M23 a chaque Chef de 10 maisons,  entre 3 et 5 jeunes recrues.
La plupart d'élèves dans cette entité craignent pour leur sécurité et vivent la peur au ventre. Il s'agit notamment des élèves d'Instituts KIBWE, NURU, KIBUMBA et KALANGALA.
Les Élèves finalistes de ces écoles en zone sous contrôle du M23 qui doivent passer leurs EXETAT craignent qu'ils soient même kidnappés au sortir ou en plein Centre de passation des examens.La Société Civile du Nord-Kivu qui se préoccupe de cette situation en attire l'attention du Gouvernement Congolais et des Nations.
Elle exige que le M23 soit tenu a l'oeil face a ces menaces contre les jeunes de zone sous son administration.

 

vendredi 21 juin 2013

3 étudiants de l’UNIGOM excluent, la cour d’appel est saisie


Maitre Jean Paul Lumbulumbu dénonce la décision du recteur de
l’Université de Goma Mr Segihobe, portant exclusion définitive de trois  étudiants de
cette université publique. Selon maitre Lumbulumbu, la décision d'exclure
les étudiants Mupekase Gelese, Weragi Bengehya et Paluku Mbusa Fabrice,
tous de L1, n'est pas conforme à la loi qui régit les institutions
supérieures et universitaires en RDC. Me Lumbulumbu dit avoir introduit une
requête à la Cour d’Appel de Goma pour l’annulation de ladite décision.

jeudi 20 juin 2013

La Guerre reste la principale cause des déplacements de populations

 
La guerre demeure la principale cause des déplacements de population. C’est en ce terme que s’est exprime le représentant du HCR Mr Diop, au cours de la célébration de la journée mondiale du Refugie célébrée chaque  20 juin. La Journée mondiale des réfugiés est organisée en l’honneur des réfugiés, des demandeurs d’asile, des personnes déplacées, des apatrides et des personnes de retour dans leur pays du monde entier et ce, afin de saluer leur envie et leur espoir en une vie meilleure.

Le tout dernier rapport statistique annuel du HCR révèle que, fin 2012, plus de 45,2 millions de personnes étaient déracinées, contre 42,5 millions fin 2011. Ce chiffre comprend 15,4 millions de réfugiés, 937 000 demandeurs d’asile et 28,8 millions de personnes forcées de fuir à l’intérieur des frontières de leur propre pays, a renchéri un représentant du CNR ville Goma a cette activité. Pour Mr Diop du HCR du  HCR, les autorités congolaises devraient  poursuivre  avec les efforts de paix  en considérant cette journée comme celle de réflexion, une manière de mètre fin aux conflits en RDC.

Rappelons que cette journée a été  célébrée sous le thème, une seule famille déchirée par la guerre , c’est déjà trop.


mercredi 19 juin 2013

Motion de défiance contre Julien Paluku, les députés haussent le ton


Les 5 députés motionnaires fustigent l’immixtion du gouvernement central dans la gestion quotidienne de la Province du Nord Kivu. Dans un point de presse animé hier à Goma, les motionnaires [Honorables Mukosasenge, Simon Kazungu, Jaribu Muliwavyo, Kyambi, et Saa mbili] demandent au Gouvernement central de matérialiser sa fameuse décentralisation. Ils indiquent que le fait pour le ministre national de l'intérieur d’appeler le Président de l'organe délibérant du Nord Kivu et son vice constitue une ingérence dans le fonctionnement de cette institution étatique. Ces députés appellent à cet effet le Gouverneur Julien Paluku à ramener le débat dans son cadre approprié et non pas utiliser les anciens présidents de motards, les Chefs Coutumiers et les Députés et ministres nationaux de parler en son nom dans les médias. Les motionnaires croient toujours à la finalité de cette question. Ils en appellent  à cet effet à la bonne foi du gouvernement central et de leur bureau.
En réaction, le Rapporteur de l'assemblée provinciale a précisé que cette question trouvera solution lors du retour de Kinshasa de Jules Hakizumwami et Mathe Jéconie, respectivement Président et vice Président de l'organe délibérant du Nord Kivu. Ces deux personnalités pourront regagner Goma l'après midi de ce mercredi, renchérit notre source. Nkuba Kahombo indique par ailleurs que plusieurs langues ont signifié que la motion n'était pas opportune. Pour lui, seule l'issue des concertations de Kinshasa pourront départager les élus.

Papier Jonathan Kombi

 

vendredi 14 juin 2013

2 morts dans une attaque de la police du M23 par des miliciens Nyatura


: Attaque ce jeudi matin d’un camp de la police du M23 par des miliciens Nyatura à Buchuzi dans le territoire de Rutshuru. Le village de Buchuzi se trouve à une dizaine de kilomètres au Nord-est de Rutshuru centre dans le Nord Kivu.

 Selon des sources locales, l’attaque de ce  jeudi matin est une réaction à plusieurs autres attaques menées il y a cinq jours  par le M23 contre les positions des miliciens Nyatura dans certaines localités de la région.

Comme bilan provisoire de cette attaque, ces sources parlent de deux civils tués et quatre blessés. Certains blessés sont dépêchés à la zone de santé de Rwanguba, à cinq kilomètres au Nord du lieu de l’attaque.   Des sources hospitalières le confirment.

 

mardi 11 juin 2013

8 militaires M23 sont Mort dans une embuscade tendue par le Nyantura a Rutshuru-centre


Le convoi des militaires du M23 est tombé le matin de lundi dans une embuscade tendue par des présumés miliciens Nyatura, selon des sources locales. Les faits se passent à Rukoro, une localité située à trois kilomètres à l’Est de Rutshuru-centre sur l’axe routier Bunagana.

Toujours selon ces sources, le convoi provenait de Rutshuru-centre pour se rendre à Bunagana, quartier général du M23. Les memes sources signalent neuf morts militaires du M23 tués, plusieurs autres militaires blessés sans en déterminer le nombre.

La société civile du Nord Kivu, dans un rapport publié ce lundi confirme le fait. Cette structure citoyenne parle de huit militaires M23 tués au cours de cette embuscade. Parmi ces derniers figurent deux officiers, selon le rapport de la société civile.  Les blessés sont admis au centre de santé de Rwanguba à douze kilomètres de la cité frontalière de Bunagana, les morts ont été acheminés au camp militaire du M23 à Chanzu. Des sources dans le groupement de Bukoma confirment le fait sans donner le bilan. Du coté du M23, l’on minimise le fait. Selon son porte parole militaire, le M23 a plutôt réprimé l’attaque d’un groupe d’hommes armés contre un mini bus sur l’axe Rutshuru-Bunagana. Selon le colonel Vianney Kazarama, les militaires du M23 a mis en déroute les assaillants.

vendredi 7 juin 2013

l’exposition des œuvres de l’esprit a Goma


 « Enseignement supérieur et universitaire et recherche
scientifique : moteur du développement de la société congolaise en
général et du Nord Kivu en particulier », c’est sous ce thème qu’est
organisée depuis ce jeudi à Goma, l’exposition des œuvres de l’esprit.
Cette activité est organisée par la conférence provinciale des Chefs
d’Etablissements de l’Enseignement Supérieur, Universitaire et
Recherche Scientifique du Nord Kivu.
Tout est parti des différents mots de circonstances prononcés par les
hôtes du Pr Dr Jean Paul SEGIHOBE  recteur de l’Université de Goma et
Président de la Conférence des Chefs d’Etablissements de
l’Enseignement Supérieur, Universitaire et Recherche Scientifique du
Nord Kivu. S’en est suivi la visite aux différents stands des
Instituts Supérieurs et Universités de la province. A en croire le Pr
Dr Jean Paul Segihobe, cette activité s’inscrit dans le cadre des
missions nobles de l’enseignement Supérieur et Universitaire.

Le vice Gouverneur du Nord Kivu qui a procédé au lancement officiel de
cette activité, a indiqué que cela constitue un honneur pour sa
juridiction. Me Feller Lutaichirwa promet de faire un plaidoyer au
Gouvernement central en faveur de la recherche scientifique en
Province. Pendant deux jours, des conférences et communications scientifiques
seront associées à cette exposition des œuvres de l’esprit

jeudi 6 juin 2013

Le M23 dément la présence de mineurs dans son Rang


Le M23 a démenti ce jeudi toute présence des mineurs dans les rangs de ses forces armés. Le porte parole militaire du M23 Vianney Kazarama invite des organisations de protection d’enfants pour enquêter sur l’utilisation des enfants dans son mouvement.  La Monusco a dans sa conférence hebdomadaire d’hier mercredi accusé le M23 d’avoir récemment recruté cent mineurs dans le territoire de Rutshuru.  Selon la même source, un enfant-soldat associé au M23, ayant pris part à plusieurs affrontements contre les FARDC dans le territoire de Rutshuru, s’est échappé le 3 juin dernier des positions rebelles à Mutaho, dans le territoire de Nyiragongo.

 

Plus de 100 familles passent la nuit à la belle étoile à Goma


 
 
 
 
 
 
 
 
Plus de 60 familles ont été déguerpies de leurs maisons depuis ce lundi 3 juin 2013 sur avenue Grevelias quartier les volcans. Ces familles passent la nuit à  la belle étoile et sont exposées aux intempéries. Selon le chef de la cellule commerciale au quartier Les volcans, les parcelles qu’occupaient ces familles sont une propriété privée de l’Etat. MUGARUKA PROTIN  ajoute que toutes ces familles étaient averties par l’autorité urbaine depuis le 7 janvier 2013. De leurs part, les victimes du déguerpissement indiquent n’avoir reçu aucun avertissement quant à ce. C’est le cas de Madame Misangu Salima, cadre de base, déguerpie avec 9 enfants.  
Rappelons tout de même que le lundi dernier ’Une cinquantaine de ménages ont été déguerpis. Ils ont vu leurs huttes spontanées détruites par la police. Ces
huttes, en planches pour la plupart, étaient érigées dans la parcelle
située au croisement du boulevard Karisimbi et de l'avenue Gréviléas, dans
le quartier "Les volcans", en commune de Goma; c'est près du camp de
Contingents Sud-africains de la MONUSCO, vers le lac-Kivu. Parmi les
expulsés, des ménages de veuves et orphelins. Et cette victime, qui a
requis l'anonymat, crie déjà à l'injustice de l'Etat congolais: Selon d'autres victimes, le déguerpissement de cette parcelle de 50 mètres
sur 100, devrait aider à l'entreposage du matériel et engin pour la
réhabilitation du ce bout de route du le Boulevard Karisimbi. Mais selon
d'autres sources, c'est pour l'intérêt d'un tiers.
 
 
 

Un véhicule de Marque FUSO dans une embuscade de 6hommes armés a Lubero


Selon nos sources dans la cité de Kiwanja, c’est environs de 9heures locales, qu’un vehicule de marque Fuso en destination de Kanyabayonga dans le territoire de Lubero  est tombé dans une embuscade d’un groupe de six hommes lourdement armé à l’endroit appelé communeument cimetière Musiki, 1km et demi de la cité,non loin de la barriere peage route. C’est au cours d’une tentative de depassement par le chauffeur qui roulait à vive allure,que ces bandits armés se sont mis à tirer sur le vehicule, blessant ainsi trois personnes dont une,serait dans un etat tres comateux ainsi qu’une femme cultivatrice qui serait tombée evanouie dans son champs apres avoir vecu la scene,ce qui porte à quatre le nombre de victimes,qui sont toutes,internées au centre de santé Buturande,confient les memes sources.

Quelques minutes apres ce crepitement des balles, une psychose s’est repandue dans la cité.Consquence, toutes les ecoles environnant le lieu du drame ont fermés leurs portes.Des sources independantes rapportent que certains jeunes eleves des instituts kiwanja cité, jikaze et autres auraient été acheminés au camp militaire de Nyongera par les elements du M23 pour raisons d’enquetes,ce que fustigent les defenseurs des droits de l’homme et les acteurs de la société civile dans la region.Ces derniers condamnent les actes de pillage,viol,vol,extorsion des produits de champs et autres violations graves des droits de l’homme perpetrés par les rebelles du M23 dans cette zone.

mardi 4 juin 2013

La Situation sécuritaire reste préoccupante à PINGA en territoire de Walikale


Au nord Kivu, La situation sécuritaire dans le secteur de PINGA en
territoire de Walikale, reste toujours préoccupante. C'est après les
derniers affrontements qui ont opposé les combattants de TCHEKA en majorité
Nyanga, à ceux de l'alliance des patriotes pour un Congo libre et
souverain, APCLS de la tribu Hunde depuis un mois. Le bilan fait état d'une
dizaine de personnes tuées et de plusieurs villages vidés de leurs
habitants. La société civile de PINGA, craint une probable reprise des
hostilités entre ces deux milices. Ce qui pourrait, selon elle, dégénérer
en un conflit entre les Hunde de Masisi et les Nyanga du territoire de
Walikalé. La localité de Pinga, sous occupation de TCHEKA, est à cheval entre le
territoire de Walikale et de Masisi..  Selon des sources interrogées sur
place, affrontements entre les hommes de Tcheka et ceux d'un certain
général Janvier de l'APCLS, ont fait plus de 45 morts. D'autres corps
auraient été jetés dans la rivière MWESSO, bilan confirmé par la société
civile locale.  A Pinga et ses environs, les boutiques et magasins, les
marchés et les écoles ne fonctionnent pas. La plupart  de maisons ont été
également pillées par les combattants de ces deux milices.  Cette situation
crée un psychose permanente au sein  des populations locales de ces deux
communautés voisines. Et c'est dépit de l'accalmie observée il y a deux
semaines dans ce secteur.  Les populations de ces deux ethnies ne peuvent
plus se côtoyer par crainte des représailles. Elles ne peuvent  non plus se
ravitailler en vivres et autres produits de première nécessité en dehors de
leurs propres localités...   Selon  toujours la société civile et les
notables de Walikale, cette situation sécuritaire volatile, inquiète au
plus haut niveau  la population. Ils exigent une implication des autorités
compétentes pour éviter un nouveau bain de sang.

lundi 3 juin 2013

MSF assiste-les déplacés de SOTRAKI en soins médical


C’est depuis la semaine derniere qu’une equipe medicale des medecins sans frontieres/Belgique a erigé ses tentes au terrain SOTRAKI pour assister en soins de santé primaire les deplacés des recents affrontements entre les forces armées de la RDC et les rebelles du M23 à Mutaho,groupement de Kibati dans le territoire de Nyiragongo. A en croire Christian REYNDERS,coordinateur de MSF Belgique à Goma, les soins de plus de 4000 deplacés de Rusayo,Mutaho et Muja sont assurés à plus ou moins 80 pourcents et son organisation est plus que determinée à accompagner les personnes vulnérables. Par ailleurs, les conditions socio-alimentaires demeurent extremement difficiles dans ce site, soulevent plusieurs deplacés.Ces derniers sollicitent l’intervention urgente du Gouvernement de la république avant tout dégât.

Après 3 ans d’absence, l’eau revient à Walungu

Ce Mercredi 16 août à Walungu, en province du Sud-Kivu, une effervescence peu commune se faisait observer à l’hôpital général de réf...