vendredi 28 décembre 2012

les déplacés fetent noel dans l'inquiétude

-->

Les festivités se sont annoncées en détresse dans les sites de déplacés. Ceux-ci sont  venus des différents coins de la province du nord Kivu,  homme et femme confondu se demandent comment  pourra se dérouler la fête de noël  alors qu’ils sont loin de leurs milieux d’origine. D’autres par contre avancent les raisons de manquent des vêtements ; médicaments, des vivres et des non vivres.
Sur les 5 sites de déplacés que compte la ville de Goma,  Mugunga 1  que nous avons visité est situé à 12 km de la ville, les déplacés de se coins déplorent ainsi la situation sécuritaire déplorable au sein même du camp, causant ainsi le viol d’une dizaine de femmes le mois de novembre dernier affirme l’infirmier Titulaire  du centre de santé Mugunga  MULOLWA Paul.

Pour Théodore BAKUNZI,  63 ans, père de 11 enfants  habitant de Mugunga 1, se dit inquiet de la situation dans laquelle  s’annonce la nouvelle année 2013. Il est sans travail, sans occupations  et passe la nuit sous un hagard construit en bâche avec ses petits-enfants. Pour lui, aucune  importance de fêter.  Pour mettre fin à tout ça, sa seule prière est de retourner dans son village d’origine à Masisi.

Pour encourager les déplacés  dans leur états, la paroisse de Mugunga organise à cet effet organisée une messe ce 25 décembre 2012 à 11h à l’intention de tous le déplacés vivant à Mugunga 1, 2,3, Lac vert et Bulengo.  ‘’Jésus est né dans des conditions difficiles est dans un endroit isolé, loin de tous, il n’avait absolument rien, avec la fois, par la prière, nous aimerions que les sites de déplacés deviennent  en 2013 la Bethléem pour tous et l’accueil du Messie de la paix,  affirme  le père LINHO de la paroisse Mungunga.

Sur ces, il demande à tous les déplacés cantonné aux camps de suivre le message de noël de ce 25 décembre 2012 et d’ouvrir leur cœur  et esprit en   jésus.

l'école primaire de la paix occupée par les déplacés

Environs 600 écoles de la province du nord Kivu ont été détruites lors de la guerre qui a opposé les rebelles du M23 aux FARDC. Ces écoles sont occupés par les différents groupes rebelles, d’autres sont occupées par les femmes des militaires dont leurs maris se trouvant au front et d’autres écoles sont dans de milieu où il y a une forte présence des éléments incontrôlés. 

A l’exemple de l’école primaire de la paix située au quartier Mugunga à 12 km de Goma qui a été victimes de ces actes. Cette école primaire  héberge jusqu’aujourd’hui  plus d’une centaine de déplacés. Les élevés ont du mal à étudier pendant que celle-ci  est occupée par les biens, la nourriture et bien  d’autres.
Sur le 1 .276 élèves que compte cette école,  1 .210 sont déplacés ; a souligné le directeur de cette école Emmanuel KIBANJA. Pour faciliter les enfants à suivre les cours ; 11 salles de classe sur le 18 étudient l’avant midi, et les 7 autres l’après-midi faute de pupitres, des tables,  car déjà utilisé comme bois de chauffage et toutes les vitres déjà détruites et biens d’autres cas de vols.
A lui d’ajouté des difficultés auxquelles ils font face, telles que les bruits des enfants qui pleures aux heures de cours, des bruits de déplacés lors de la distribution de vivres et non vivres.

 L’Unicef  de sa  part lance un appel vibrant aux groupes armés opérant à l’intérieur de la province du nord Kivu comme autour de Goma de libérer les salles de classes pour permettre aux élèves d’y accéder facilement. A lui d’ajouté que  l’occupation de certaines écoles constitue un handicap réel au bon fonctionnement des activités scolaires a souligné  le chargé d’éducation d’urgence au sein de cette agence du système des nations unies à Goma Sabina RANCHYN.

vendredi 21 décembre 2012

200 écoles seront rehabilités par l'UNICEF


Près de 200 écoles sur les 600 détruites par des bombes lors de la guerre qu’à  traversé la province  du  Nord Kivu précisément en ville de Goma ;  seront réhabilitées par le fonds des nations unies pour l’enfance, UNICEF en partenariat avec ses partenaires. Ces écoles sont occupés par les différents groupes rebelles, d’autres sont occupées par les femmes des militaires dont leurs maris se trouvant au front et d’autres écoles sont dans de milieu où il y a une forte présence des éléments incontrolés. Cette  Situation inquiète la population ces contrées où les enfants et écoliers  ne savent plus étudier. L’Unicef  de sa  part lance un appel vibrant aux groupes armés opérant à l’intérieur de la province du nord Kivu comme autour de Goma de libérer les salles de classes pour permettre aux élèves d’y accéder facilement. A lui d’ajouté que  l’occupation de certaines écoles constitue un handicap réel au bon fonctionnement des activités scolaires a souligné  le chargé d’éducation d’urgence au sein de cette agence du système des nations unies à Goma Sabina RANCHYN.


Vacciner son enfant; c'est l'aimé


un million trois cent  vingt mille enfants dont l’âge varie entre 0 et 5 ans sont attendu à la vaccination contre la poliomyélite dont la campagne  couplée à la supplémentassions en vitamine A et au déparasitage au mebendazole a été lancée jeudi à Goma par le ministre congolais de la santé publique Flory KABANGE. Contacté à ce sujet ; le ministre provincial de la santé Muhindo MUTETE MUNDENGA nous a préciser que cette campagne a été retardé d’un mois  suite aux événements belliqueux qu’a connu la province du nord Kivu et suite à la guerre qui a opposé le 20 novembre dernier  le M23 aux militaires FARDC  en ville de Goma plus précisément.
Le patron de la santé au Nord Kivu Muhindo MUTETE a précisé également que   suite à des raisons d’ordre sécuritaire seul, les enfants de la zone de santé de Pinga en territoire de Walikale ne seront  pas  servis en vaccin  contre la poliomyélite  suite à certains soucis d’ordre sécuritaire. Celui ci lance un appel à tous les parents de la ville de Goma et d’environs de faire vacciner leurs enfants ; car  vacciner son enfant c’est l’aimé.

lundi 17 décembre 2012

La premiere parade generale des elements de la police nationale Congolaise

-->
La premiere parade generale des elements de la police nationale Congolaise sous la direction du nouveau commissaire provincial s’est deroulée lundi au stade Afia de Goma.Pour AWASHANGO UMIYA Vital cette activité s’inscrit dans le cadre d’evaluation des activités hebdomadaires selon chaque unité et primée la meilleure. A lui d’ajouter que cette parade a été aussi dans le but de securiser la population de la ville de Goma et d’environs ; car  grace à ces nouvelles unités ; deux vehicules appartennant à la population ont été recuperer entre les mains des bandits à main armée et de ce fait une patrouille est organisée afin de traquer tout les malfaiteurs dans different coins de la ville.  
Pour rappel ; le major de police Bertin Chirumana, qui avait accompagné le premier redéploiement de policiers loyalistes à Goma après le retrait des rebelles, a été tué samedi 15 décembre au matin. Un assassinat qui prouve une nouvelle fois l’insécurité qui touche Goma depuis que le Mouvement du 23 mars  a officiellement quitté la ville. Un climat de "psychose" maintenu à dessein par les rebelles, selon Julien Paluku, gouverneur de la province de l'est de la RDC.
AWASHANGO UMIYA  a par ailleurs appelés les elements de la police nationale congolaise à redoubler plus de vigilance pour securiser la population de Goma en cette periode des festivités de fin d’année.A lui d’ajouter que, la securité est une affaire de tous et l’organisation en depend.




samedi 15 décembre 2012

Joseph Kabila : « La guerre dans l’Est a pour objectif de justifier la balkanisation de la RDC »

Au cours de son discours sur l’état de la nation prononcé ce samedi 15 décembre au Parlement, le chef de l’Etat congolais, Joseph Kabila, a déclaré que l’objectif de la guerre qui sévit actuellement dans l’Est de la RDC est de « susciter des foyers de tensions pour créer le chaos et ainsi justifier la balkanisation du pays ». Devant les députés et les sénateurs, il a consacré l’essentiel de son adresse à la situation sécuritaire au Nord-Kivu, indiquant que « dès lors qu’une partie du territoire se trouve en péril, c’est toute la RDC qui est concernée ».
Dès le début de son discours, Joseph Kabila a mis en cause le Rwanda dans la situation sécuritaire qui prévaut dans l’Est du pays.
« Tout a été dit sur l’agression de notre pays par le Rwanda. Des preuves suffisamment documentées sont fournies aussi bien par nos services spécialisés que des rapports des Nations unies », a-t-il indiqué.
Rappelant les débuts de ce conflit, il a affirmé que c’est à la fin du mois de mars 2012 que « des éléments à la solde des intérêts étrangers ont entrepris de semer le trouble et la désolation dans la province du Nord-Kivu ».

mardi 11 décembre 2012

Vive tension à Kampala

Les pourparlers entre le gouvernement congolais et le mouvement rebelle du
23 mars (M23) ont débuté sous un climat de tension. Le chef de la
délégation congolaise, le ministre des Affaires Etrangères Raymond
Tshibanda, a qualifié le discours du M23 de « peu courtois et teinté de
beaucoup de contre-vérités ».





Ces accises ont débuté sur un ton de convivialité avec le discours du
ministre ougandais de la Défense, facilitateur délégué de la Conférence
internationale de la région de Grands lacs (CIRGL). Il a défini les règles
du jeu qui doivent conduire les discussions.





Prenant à son tour la parole, le ministre congolais Raymond Tshibanda et
principal négociateur de la partie congolaise a démontré l’ouverture et la
disponibilité du gouvernement au dialogue constructif.





C’est à l’issue du discours du M23 que la tension a été perceptible dans le
chef des deux parties.





François Rucogoza, secrétaire exécutif du mouvement rebelle et ancien
ministre provincial de la Justice du Nord-Kivu, a chargé le gouvernement
congolais dans ses propos sur un ton arrogant.





« La situation sécuritaire dans l’Est de notre pays s’explique en partie
par le refus du gouvernement central de reconnaître qu’il y a des problèmes
internes qu’il faut diagnostiquer et traiter en profondeur. Elle est aussi
l’expression d’une conséquence visible d’une mauvaise gouvernance
caractérisée par le manque d’un leadership visionnaire », a affirmé
François Rucogoza.





Le délégué du M23 a déclaré que le gouvernement congolais entretient des
groupes armés pour la déstabilisation de ses voisins.

1178 détenus libérés par le M23 de la prison MUNZENZE à Goma.

1178 détenus libérés par le M23 de la prison MUNZENZE à Goma.                                                                                    
                                                                                                                                                     
                                                                                                                                                     
Le  Gouvernement  provincial du Nord Kivu a du pain sur la planche. Héritier des actes de vandalisme, pillages et destruction méchante perpétrés par
le M23 à sa sortie de la ville de Goma, le Gouvernement provincial du Nord Kivu enregistre 1178 locataires de cette maison carcérales libérés par le   M23 après la destruction de la prison.                                                                                                 
                                                                                                                                                     
                                                                                                                                                     
Comment  héberger  à nouveau les détenus, cette problématique a été au centre du conseil  extraordinaire  des ministres présidé ce Jeudi 06 décembre
2012  par le Gouverneur du Nord Kivu, Julien PALUKU.                                                                                      
                                                                                                                                                     
                                                                                                                                                     
L’autorité  provinciale  rassure la population que tout est mis en œuvre pour sa réhabilitation .Ce vendredi 07 décembre 21012 le chef de l’exécutif
provincial  vient  d’y  effectuer  une  visite  d’inspection  en  vue  d’évaluer  avec,  les services techniques de la justice, la faisabilité de sa
réhabilitation.                                                                                                                                     
                                                                                                                                                     
                                                                                                                                                     
II  vous  souviendra  qu’un appel aux détenus a été lancé par l’autorité provinciale pour que ces derniers retournent de leur propre gré. Si non ils
seront  traqués par les cadres de base et la police qui en ont reçu mission.                                                                        
                                                                                                                                                     

« Ma lutte est de préserver la beauté naturelle africaine »

Née à Goma à l’est de la RDC, Clarisse Zihindula, une jeune entrepreneuse, s’est engagée à conscientiser les femmes de Goma pour qu’...