lundi 7 juillet 2014

Shasha : l’Espace “ami pour enfant” prépare l’avenir des enfants démunis




.

 Les enfants soldats, victimes des guerres et orphelin étudient  gratuitement à l’Espace ami pour enfant à Shasha. En plus des leçons apprises en classe ils sont aussi formés en coupe et couture et en dessin ; question de leur préparer un avenir meilleur.

Ils sont environs 500 enfants venus des territoires de Walikale, Masisi, Rutchuru, âgés de 4 à 16 ans. Ils logent, étudient et sont pris en charge gratuitement  à l’Espace ami pour enfant (EAPE) à Shasha, localité située à  une trentaine de kilomètres à l’Ouest de Goma, au Nord-Kivu en RDC.

La plupart de ces enfants ont perdu leurs parents dans des guerres récurrentes dans la région. D’autres sont issus des viols et d’autres encore sont des anciens soldats enrôlés de force dans des groupes armés. « Je me sens mieux ici. Voila dans quelques mois je peux lire et écrire » se réjouit Bonane Bazimaziki, 14 ans, ex-milicien. 

A l’âge de 13 ans, K. Baeni comme la plus part d’enfant hébergés à  l’espace, ne savait pas compter ni tenir un stylo. « Son intégration n’a pas été facile mais on est fier de lui comme tous les autres » affirme Clarisse Kasaza, responsable de l’EAPE. 

Dans cet effectif, près de 200 filles sont encadrées en coupe et couture, tandis que les garçons apprennent le dessin et la peinture. « Je suis fière d’être à mesure de coudre des vêtements mais en aussi de tisser des tapis » déclare FT, une fille issue d’un viol ne connaissant pas ses parents qui l’avaient  abandonnée






Même les autochtones se retrouvent 


Bien que ce projet EAPE soit conçu pour encadrer les enfants victimes de guerres, les actions de cette structure sont également utiles pour les autochtones. Parmi les passionnaires du camp, il y a une bonne dizaine d’enfants du milieu. Pour George Bazibuhe, chef de localité de Shasha, cette organisation est très bénéfique car accordant également aux enfants démunis du village l’opportunité d’étudier gratuitement.

 Il en est fier et encourage les promoteurs et les responsables de ce cadre pour les enfants. « Je paye difficilement mon loyer et mon gain ne me permet pas de scolariser mes trois enfants. Heureusement ce centre existe si non, j’allais paraitre irresponsable » explique Mme Nsimire, vendeuse des mangues dans le village. 

Selon Clarisse Kasaza, depuis que ce centre a été implanté il y a 2 ans, le progrès est significatif : « les enfants qui étaient violents sont devenus dociles. Ils deviendront demain des citoyens honnêtes et responsables grâces aux notions acquises ici » il reste que les sollicitations des parents sont grandes et nombreuses qu’il faille un soutient sans faille des autorités du pays pour que ce centre arrive à y répondre.

Esther Nsapu  





Après 3 ans d’absence, l’eau revient à Walungu

Ce Mercredi 16 août à Walungu, en province du Sud-Kivu, une effervescence peu commune se faisait observer à l’hôpital général de réf...