Les attaques d’Uvira, conséquence du blocage politique en RDC ?




La cité d'Uvira 
Après deux jours d’intenses combats, le week-end a été paisible dans la ville d’Uvira, en province du Sud-Kivu. Une coalition de milices se battait contre les Forces armées de la RDC, affirmant son objectif de chasser Kabila et son régime. L’évêque d’Uvira Monseigneur Sébastien Muyengo fustige la non-application de l’accord de la Saint-Sylvestre comme cause de ces attaques contre la ville d’Uvira.
 
La vie reprend petit à petit son cours normal à Uvira. Samedi le centre-ville était mouvementé. Boutiques, magasins, écoles et universités ont rouvert leurs portes. La circulation routière s’est aussi normalisée. Nous avons pu voir certaines personnes qui s’étaient réfugiées au Burundi voisin revenir à Uvira. « C’est grâce aux efforts des forces loyalistes avec l’appui des casques bleus de la Monusco », a affirmé l’administrateur du territoire d’Uvira devant la presse. Stéphanie Milenge a aussi dénoncé les vols de bétails par les miliciens : « C’est pour renforcer et nourrir leurs troupes dans les villages aux environs d’Uvira. J’invite donc les habitants à dénoncer tout cas où toute personne suspecte dans leurs milieux pour décourager ces miliciens. »

C’est la faute aux politiciens

« Même si aucune perte en vie humaine n’a été enregistrée dans la population civile, nous déplorons la disparition de deux jeunes Banyamulenge, enlevés jeudi lors des combats dans la localité de Swima par les miliciens et dont nous n’avons aucune nouvelle jusqu’à présent », déplore Majaliwa Kanaza président du Comité d’actions pour le développement intégral (CADI), une association de défense des droits de l’Homme basée à Uvira. L’évêque d’Uvira Monseigneur Sebastien Muyengo demande aux autorités du pays de penser à la sécurité des populations. Il déplore le fait que plusieurs villages du territoire de Fizi et d’Uvira comme le village de Bijombo soient les cibles de ces miliciens qui tuent et pillent les paisibles citoyens, sans que personne ne le dénonce.
« Tout ceci, ce sont les conséquences du blocage politique en RDC. Tous les groupes armés trouvent un motif de perturber l’ordre public car l’accord de la Saint-Sylvestre n’a pas été respecté. Sans l’organisation des élections en bonne et due forme, le pays ne peut pas s’en sortir », a-t-il déclaré.
Cette situation va sûrement impacter la vie quotidienne de nombreux habitants d’Uvira qui eux vivent du commerce transfrontalier. D’autres vivent du commerce entre la ville et les villages des alentours. Ceux qui apportent régulièrement des produits de la brousses ne le peuvent plus car ils fuient la présence des miliciens. 



Esther NSAPU