mardi 12 février 2013

La circulation à Goma, un véritable casse tête



La circulation dans la ville touristique devient un véritable casse tête. Les travaux de réhabilitation de la voirie urbaine de Goma tête  continuent à pas de tortue, et obligent les transporteurs de la ville à se débrouiller pour se trouver un chemin dans des petites avenues des quartiers des volcans, et Mabanga Sud.
Cette situation pèse déjà sur le prix du  transport en commun. Une course a motos jadis a 300fc se négocie  a 500fc,  suite a des déviations  dans de quartiers voire dans des routes  secondaires non aménagée. ‘’Nous contournons vers  Katoyi et quand tu demande à un client de payer plus d’argent car le trajet devient long il préfère marcher a pied’’. Sur l’axe allant du rond point Signers au carrefour de l’institut de Goma est fermé alors que rien de concret n’y est fait plus de deux semaines maintenant a part poser des bordures et observer  le défiler  des engins, déplore un motard de la ville de Goma  essentiellement  usagé  de cette route considérée comme principale.
cette réhabilitation rend  difficile la circulation et pousse les  usagés de cette route a des déviations dans des quartiers et avenus, pour rejoindre  la route principale. ‘’Ils n’ont pas encore asphaltés   l’axe d’avant la passerelle, voilà qu’aujourd’hui ils viennent de fermer un autre axe en tous cas nous souffrons qu’ils fassent le plus vite possible’’. Ajoute un habitant du quartier Mabanga.
L’un des ingénieurs de l’entreprise TRAMINCO sur le chantier, qui n’a pas révélé son nom,  demande à la population de prendre son mal en patience. ‘’Ce n’est pas que nous sommes entrain de mettre la première couche, mais c’est  plutôt  la refaire. Voila pourquoi nous avons fermés l’axe Signers-Instigo, Instigo–TMK pour éviter la détérioration de la dite couche’’.  
 La chaussée reste poussiéreuse et c’est la  population qui en paye le prix ; ainsi donc la sonnette d’alarme est lancée.





Après 3 ans d’absence, l’eau revient à Walungu

Ce Mercredi 16 août à Walungu, en province du Sud-Kivu, une effervescence peu commune se faisait observer à l’hôpital général de réf...