vendredi 28 décembre 2012

les déplacés fetent noel dans l'inquiétude

-->

Les festivités se sont annoncées en détresse dans les sites de déplacés. Ceux-ci sont  venus des différents coins de la province du nord Kivu,  homme et femme confondu se demandent comment  pourra se dérouler la fête de noël  alors qu’ils sont loin de leurs milieux d’origine. D’autres par contre avancent les raisons de manquent des vêtements ; médicaments, des vivres et des non vivres.
Sur les 5 sites de déplacés que compte la ville de Goma,  Mugunga 1  que nous avons visité est situé à 12 km de la ville, les déplacés de se coins déplorent ainsi la situation sécuritaire déplorable au sein même du camp, causant ainsi le viol d’une dizaine de femmes le mois de novembre dernier affirme l’infirmier Titulaire  du centre de santé Mugunga  MULOLWA Paul.

Pour Théodore BAKUNZI,  63 ans, père de 11 enfants  habitant de Mugunga 1, se dit inquiet de la situation dans laquelle  s’annonce la nouvelle année 2013. Il est sans travail, sans occupations  et passe la nuit sous un hagard construit en bâche avec ses petits-enfants. Pour lui, aucune  importance de fêter.  Pour mettre fin à tout ça, sa seule prière est de retourner dans son village d’origine à Masisi.

Pour encourager les déplacés  dans leur états, la paroisse de Mugunga organise à cet effet organisée une messe ce 25 décembre 2012 à 11h à l’intention de tous le déplacés vivant à Mugunga 1, 2,3, Lac vert et Bulengo.  ‘’Jésus est né dans des conditions difficiles est dans un endroit isolé, loin de tous, il n’avait absolument rien, avec la fois, par la prière, nous aimerions que les sites de déplacés deviennent  en 2013 la Bethléem pour tous et l’accueil du Messie de la paix,  affirme  le père LINHO de la paroisse Mungunga.

Sur ces, il demande à tous les déplacés cantonné aux camps de suivre le message de noël de ce 25 décembre 2012 et d’ouvrir leur cœur  et esprit en   jésus.

Après 3 ans d’absence, l’eau revient à Walungu

Ce Mercredi 16 août à Walungu, en province du Sud-Kivu, une effervescence peu commune se faisait observer à l’hôpital général de réf...