mardi 4 juin 2013

La Situation sécuritaire reste préoccupante à PINGA en territoire de Walikale


Au nord Kivu, La situation sécuritaire dans le secteur de PINGA en
territoire de Walikale, reste toujours préoccupante. C'est après les
derniers affrontements qui ont opposé les combattants de TCHEKA en majorité
Nyanga, à ceux de l'alliance des patriotes pour un Congo libre et
souverain, APCLS de la tribu Hunde depuis un mois. Le bilan fait état d'une
dizaine de personnes tuées et de plusieurs villages vidés de leurs
habitants. La société civile de PINGA, craint une probable reprise des
hostilités entre ces deux milices. Ce qui pourrait, selon elle, dégénérer
en un conflit entre les Hunde de Masisi et les Nyanga du territoire de
Walikalé. La localité de Pinga, sous occupation de TCHEKA, est à cheval entre le
territoire de Walikale et de Masisi..  Selon des sources interrogées sur
place, affrontements entre les hommes de Tcheka et ceux d'un certain
général Janvier de l'APCLS, ont fait plus de 45 morts. D'autres corps
auraient été jetés dans la rivière MWESSO, bilan confirmé par la société
civile locale.  A Pinga et ses environs, les boutiques et magasins, les
marchés et les écoles ne fonctionnent pas. La plupart  de maisons ont été
également pillées par les combattants de ces deux milices.  Cette situation
crée un psychose permanente au sein  des populations locales de ces deux
communautés voisines. Et c'est dépit de l'accalmie observée il y a deux
semaines dans ce secteur.  Les populations de ces deux ethnies ne peuvent
plus se côtoyer par crainte des représailles. Elles ne peuvent  non plus se
ravitailler en vivres et autres produits de première nécessité en dehors de
leurs propres localités...   Selon  toujours la société civile et les
notables de Walikale, cette situation sécuritaire volatile, inquiète au
plus haut niveau  la population. Ils exigent une implication des autorités
compétentes pour éviter un nouveau bain de sang.

Après 3 ans d’absence, l’eau revient à Walungu

Ce Mercredi 16 août à Walungu, en province du Sud-Kivu, une effervescence peu commune se faisait observer à l’hôpital général de réf...